Perspectives Internationales

Investissement direct etranger en chine – que disent les nouvelles lois?

Les investisseurs étrangers qui souhaitent investir sur le marché chinois doivent se tenir informés des nouvelles lois sur les investissements direct étranger en Chine qui entreront en vigueur au 1er janvier 2020. Un nouveau système de réglementation sera mis en place dans le but de rationaliser les investissements étrangers et de simplifier le processus permettant aux entreprises étrangères d’investir sur le marché chinois.

Alors que la Chine avait précédemment essayé de faire respecter ces règles, beaucoup spéculent sur le fait que le gouvernement tente de mettre en œuvre les nouvelles règles à cause des critiques internationales qu’il fait face concernant son ouverture aux entreprises étrangères.

Le nouvel investissement direct étranger en Chine tente de répondre aux plaintes courantes émanant d’entreprises et de gouvernements étrangers.

Il est important de comprendre comment les nouvelles lois sur les investissements étrangers peuvent vous affecter.

Nouveaux IDE en Chine – Comment cela affectera les investisseurs étrangers

Le nouvel ensemble de réglementations constitue une loi unifiée qui remplacera trois lois existantes en matière d’IED adoptées en 2015, à savoir:

  • Loi de la République populaire sur les WFOE
  • Loi de la République populaire de Chine sur les  Joint Ventures sino-étrangères
  • Loi de la République populaire de Chine sur les coentreprises coopératives sino-étrangères

Le nouvel investissement direct étranger en Chine comprend 42 articles, ce qui représente une réduction drastique des 170 articles contenus dans ces trois lois. La nouvelle loi s’appelle la «loi sur l’investissement étranger».

Les sociétés constituées en vertu des lois précédentes disposeront de cinq ans à compter de la mise en œuvre du nouveau règlement pour s’adapter aux nouvelles règles.

Les personnes et entités devant se conformer à la loi sur l’investissement étranger comprennent:

  • Entreprises à capitaux étrangers
  • Entreprises à capitaux entièrement étrangers, WFOE
  • Joint-ventures sino-étrangères
  • Investisseurs à Hong Kong, Taiwan et Macao
  • Investisseurs étrangers individuels

Le nouvel IDE en Chine vise à créer un environnement de stabilité, de prévisibilité, de transparence et de concurrence loyale pour les investisseurs étrangers et à encourager les investissements étrangers dans le monde entier.

Avec la nouvelle loi, le gouvernement chinois espère attirer les investissements étrangers et offrir de meilleures protections par le biais de la législature. Un certain nombre de dispositions de la nouvelle loi visent à permettre aux investisseurs étrangers d’être sur un pied d’égalité avec les entreprises nationales.

Les règles pouvant avoir une incidence sur les investisseurs étrangers sont décrites ci-dessous:

Omission de restriction d’entité à intérêt variable

La Chine a des lois qui limitent les investissements étrangers dans certaines industries. Toutefois, certains investisseurs continuent d’investir dans ces industries par l’intermédiaire d’une entité à détenteurs de droits variables (EDDV).

Ce processus consiste à financer des entreprises nationales en échange d’un contrôle et de bénéfices dans ces entreprises. Le gouvernement a réalisé cette échappatoire. En vertu des lois de 2015, ce processus était limité par la définition de l’investissement étranger comme incluant les sociétés nationales contrôlées par une entité étrangère.

Les nouveaux investissements directs étrangers en Chine qui seront mis en œuvre ne contiennent pas cette même restriction, le processus d’EDDV peut donc être utilisé à nouveau par des sociétés étrangères, dans l’attente de nouvelles réglementations.

Réduction des industries sur la liste négative

La Chine a des zones économiques spécifiques qu’elle considère trop délicates pour les entreprises étrangères. La liste négative en Chine est une liste complète de restrictions aux investissements étrangers que le Conseil des ministres a jugé nécessaires pour protéger le pays.

Bien que de nombreux pays interdisent certaines activités à des sociétés étrangères, la liste négative pour la Chine est plutôt longue. Le nouveau règlement oblige le gouvernement à publier cette liste et à réduire le nombre d’industries figurant sur la liste négative. Ce changement pourrait avoir un impact direct sur le type d’entreprise pouvant être créé en Chine.

Pour que les entreprises créent entièrement des entreprises à capitaux étrangers (WFOE), le type d’entreprise ne doit pas figurer sur la liste négative.

Avec les changements attendus, il y aura beaucoup moins de restrictions concernant de nombreux secteurs, ce qui réduira le nombre d’entreprises figurant sur cette liste négative. Ce changement peut ouvrir la possibilité d’investir dans un type d’activité précédemment interdit aux investisseurs étrangers.

Toutefois, la société peut être amenée à acquérir une licence distincte pour exploiter légalement l’entreprise, selon qu’elle importe ou exporte des biens, fabrique ou exerce certaines autres activités.

Même si la société ne figure pas sur la liste négative, les étrangers doivent vérifier si une licence supplémentaire est nécessaire pour exercer légalement leur activité.

Processus de configuration étrangère facilité

Auparavant, la création d’une entreprise à l’étranger était un processus difficile qui obligeait les investisseurs étrangers à se conformer à des réglementations complexes et à de multiples régimes de réglementation.

Les nouveaux IDE en Chine cherchent à harmoniser le processus d’établissement pour les entreprises nationales et étrangères. Un changement important réside dans le fait que l’approbation préalable des entreprises étrangères avant de pouvoir être créée ne sera plus nécessaire.

Malgré le changement, la création d’une entreprise étrangère en Chine reste un processus complexe. C’est pourquoi de nombreuses entreprises étrangères ont choisi un fournisseur de services national tel que New Horizons pour s’assurer de prendre toutes les mesures nécessaires pour s’établir en Chine.

Ce partenariat permet aux entreprises à s’assurer que leur structure d’entreprise est conforme à toutes les réglementations en vigueur et que le champ d’activité de l’entreprise est clairement identifié.

Assurance de devise étrangère

Les entreprises internationales font face à des défis uniques en matière d’argent, notamment le fait de devoir fréquemment transférer des fonds d’un pays à l’autre.

La loi sur l’investissement étranger autorise les sociétés étrangères à transférer de l’argent acquis de gains en capital, de bénéfices, de redevances de transfert de technologie et d’autres fonds vers et depuis le pays hôte et la Chine, à condition que les procédures juridiques appropriées soient suivies.

Marchés publics

Traditionnellement, le gouvernement chinois préfère traiter avec les entreprises nationales, laissant de nombreuses entreprises étrangères sans le même privilège et la même rentabilité.

La nouvelle réglementation obligera le gouvernement chinois à prendre en compte les entreprises nationales et étrangères au moment de déterminer laquelle utiliser pour ses activités commerciales.

Processus simplifié dans toutes les juridictions

La structure du gouvernement chinois est complexe et comprend des entités gouvernementales locales, intermédiaires et nationales. Différentes règles existent souvent dans différentes régions de la Chine, ce qui complique davantage les investissements étrangers.

Les nouvelles règles relatives aux IDE en Chine interdiront aux administrations locales d’enfreindre les droits, d’imposer des exigences supplémentaires, d’imposer des conditions plus strictes pour l’entrée ou la sortie des marchés ou d’interférer avec les activités des sociétés étrangères, à moins que le gouvernement central n’approuve les conditions spéciales.

Si l’intérêt public ou national justifie des circonstances particulières rendant plus difficile l’établissement ou la gestion de l’entreprise, les sociétés auront le droit à une indemnisation pour les pertes qu’elles ont subies.

Réglementation assouplie sur le gouvernement d’entreprise et la prise de décision

La Chine a toujours été largement réglementée par la gouvernance d’entreprise et le pouvoir de décision des entreprises étrangères. Cependant, la nouvelle loi assouplira ces réglementations afin que les sociétés étrangères opèrent de manière plus autonome et au même niveau que les sociétés basées en Chine.

L’autorité des actionnaires est un exemple de cette réglementation assouplie.

Conformément aux lois précédentes, le conseil d’administration devait contrôler étroitement les sociétés étrangères. En vertu de la nouvelle loi, les actionnaires disposeront de la plus haute autorité, comme ils le font généralement avec la plupart des sociétés, y compris les sociétés chinoises. Les statuts établiront le conseil d’administration et donneront aux actionnaires un plus grand pouvoir de vote.

Un autre changement important apporté par le nouvel investissement direct étranger en Chine est la possibilité pour les parties investisseurs de nommer certaines personnes à des postes de direction et à des rôles juridiques dans l’entreprise en respectant les statuts de la société.

De plus, les entreprises étrangères seront en mesure de prendre des décisions plus facilement qu’avant la mise en œuvre de la nouvelle réglementation, puisqu’un vote à l’unanimité n’est plus nécessaire pour toutes les décisions majeures.

Ces décisions majeures incluent des sujets tels que:

  • Modification d’un pacte d’actionnaires ou de statuts
  • Augmentation ou réduction du capital social
  • Fusion
  • Division d’une entreprise
  • Liquidation
  • Résiliation

Lorsqu’un vote à l’unanimité était requis, les actionnaires minoritaires avaient le pouvoir de bloquer des décisions importantes. Cela rendait particulièrement nécessaire de contrôler soigneusement tous les actionnaires, ceux-ci pouvant avoir un impact négatif et substantiel sur l’activité.

Les actionnaires disposant d’un plus grand pouvoir de négociation peuvent désormais mieux dicter les décisions de l’entreprise.

La nouvelle réglementation entraînera un autre changement important, à savoir la possibilité de partager les bénéfices comme bon lui semble.

Avant la mise en application des nouvelles règles, les bénéfices devaient être fractionnés proportionnellement aux capitaux propres. La même règle s’appliquait aux produits de la liquidation de l’entreprise.

Si tous les actionnaires conviennent à l’unanimité d’un fractionnement différent, les bénéfices ou le produit de la liquidation peuvent être divisés à leur guise.

Règle de réciprocité

Une règle qui pourrait ne pas être bonne pour les investisseurs étrangers est la règle de réciprocité nouvellement incorporée.

Selon cette règle, si un pays adopte des mesures négatives à l’encontre des investissements chinois dans ce pays, le gouvernement chinois se réserve le droit de prendre réciproquement des mesures correspondantes à l’encontre de ce pays.

Règles de limitation de l’expropriation et de la juste valeur

Certaines sociétés étrangères ont exprimé leur dédain face à l’expropriation de leurs biens par le gouvernement chinois.

Les règles actuelles stipulent que le gouvernement ne doit pas exproprier les biens réalisés grâce à l’investissement d’un investisseur étranger.

La Constitution chinoise autorise le gouvernement à prendre certaines propriétés lorsque cela est dans l’intérêt du public. Cependant, pour prendre la propriété, le gouvernement doit se conformer aux dispositions légales et est tenu de fournir une compensation juste et raisonnable à l’entreprise.

Ces mesures supplémentaires peuvent protéger les investissements étrangers contre une expropriation arbitraire.

Examen de la sécurité nationale

Certains investissements étrangers peuvent être soumis à des examens de la sécurité nationale dans le cadre du nouvel IDE en Chine. Les décisions relatives à la sécurité nationale sont finales et sans appel.

Renforcement des droits de propriété intellectuelle

L’absence de droits de propriété intellectuelle en Chine était l’un des obstacles pour de nombreuses entreprises étrangères. De nombreuses sociétés étrangères ont eu des problèmes avec des produits chinois contrefaits après avoir fabriqué seulement une partie d’un produit dans le pays.

Certaines sociétés étrangères ont accusé des responsables locaux d’inspecter leurs usines, d’avoir volé leurs secrets commerciaux et de les donner à des sociétés nationales.

La nouvelle réglementation cherche à protéger les droits des investisseurs étrangers et oblige les autorités locales à protéger les droits de propriété intellectuelle des sociétés étrangères.

La réglementation stipule que les partenaires chinois de la joint-venture ne peuvent pas voler la propriété intellectuelle et les secrets commerciaux de leurs partenaires étrangers. De plus, il est interdit aux fonctionnaires d’utiliser des mesures administratives pour provoquer des transferts de technologie forcés.

Ces dispositions incluent des conséquences pénales pour les violations.

Directive étrangère relative aux investissements en Chine – Obtenez de l’aide pour vos investissements étrangers

Les nouvelles réglementations témoignent de la volonté du gouvernement chinois d’encourager les investissements étrangers et de permettre à des entreprises étrangères plus diverses de s’établir dans le pays.

Les mesures législatives discutées ci-dessus sont susceptibles d’inspirer une augmentation du nombre d’entreprises étrangères sur le marché chinois.

Si vous avez besoin d’aide pour créer une entreprise étrangère en Chine ou si vous souhaitez diversifier votre portefeuille de placements, les experts de New Horizons Global Partners peuvent vous aider.

Nos solutions de portage salarial innovantes et notre assistance à la configuration d’entreprise peuvent vous aider à créer votre entreprise plus rapidement et avec moins de recouvrement de capital.

Contactez-nous dès aujourd’hui pour savoir comment nous pouvons vous aider avec vos objectifs d’expansion.

Articles Similaires

None found

Recevoir une proposition

Related Posts