Perspectives Internationales

Comment recruter en chine – le guide complet

En règle générale, les entités commerciales reconnues comme «qualifiées» sont légalement autorisées à recruter des employés en Chine. Cependant, alors que toutes les entreprises domestique ainsi que d’autres types d’entités sont autorisées à employer des salariés, les sociétés étrangères ne le sont pas toutes.

Les formes sociales les plus courantes pour constituer un véhicule juridiquement valide en Chine sont les suivantes :

  • Entreprise à capitaux entièrement étrangers (WFOE)
  • Joint Venture (JV)
  • Bureau de représentation (RO)

La WFOE et la Joint Venture sont toutes deux qualifiées pour embaucher du personnel , car elles sont considérées comme ayant le statut d’entreprise «domestique».

En revanche, un RO n’est pas qualifié pour recruter des employés «directement» puisqu’il ne s’agit pas d’une entité domestique mais d’une entreprise étrangère constituée dans une juridiction située hors de Chine. Un RO devra par conséquent recourir aux services d’une entreprise de détachement de personnel pour embaucher en Chine.

De la même manière que les WFOE et les JV peuvent embaucher des employés locaux, elles peuvent également embaucher des étrangers résidant en Chine pour travailler dans le pays.

Cependant, une série de démarches et de procédures complexes doivent être entrprises avant qu’un étranger soit autorisé à travailler en Chine. Tout d’abord, lors du recrutement d’étrangers, les entités commerciales qualifiées doivent se conformer aux lois, règles et réglementations suivantes :

  • Loi sur les contrats de travail de la Chine
  • Loi du travail de la Chine
  • Administration de l’entrée et de la sortie des étrangers en Chine de 2013
  • Règles administratives sur l’emploi des étrangers en Chine de 1996
  • Administration d’État des Affaires des Experts Étrangers de Chine (SAFEA)

Non seulement les lois et les règles sont nombreuses, mais elles sont également très complexes et redoutables à mettre en œuvre.

Il est presque impossible d’être immédiatement en conformité avec ces réglementations sans l’assistance d’un professionnel du droit. Cependant, la voie la plus simple et la plus économique consiste à utiliser une PEO.

Qu’est-ce qu’une PEO ?

PEO est l’acronyme de Professional Employment Organisation (Portage Salarial). Une PEO est une entreprise qui gère l’externalisation de la gestion des ressources humaines (RH) et d’autres tâches administratives pour le compte d’entreprises clientes.

Elle sert de co-employeur à ses clients, qui sont généralement des petites et moyennes entreprises. Elle se concentre uniquement sur les besoins en ressources humaines et en gestion administrative de l’entreprise, ce qui permet à cette dernière d’être plus productive.

Une entreprise de Portage Salarial en Chine comme New Horizons Global Partners peut effectuer toutes les tâches mentionnées pour une entreprise cliente et faire office d’employeur de référence des salariés.

En tant qu’employeur de référence, une PEO Internationale est légalement responsable des salariés qu’elle emploie dans un pays donné. Au lieu de créer une filiale ou une entreprise faîtière à l’étranger, recourir aux services d’une PEO Internationale capable d’agir en tant qu’employeur de référence simplifiera grandement la vie d’une société étrangère. La figure 1 présente les services habituellement offerts par un PEO.

What PEO does

Une PEO Internationale peut aider une entreprise dans toutes les tâches liées aux ressources humaines, y compris l’embauche d’étrangers en Chine. Recourir à ses services est la manière la moins coûteuse, la plus rapide et la plus efficace d’exploiter une entreprise en Chine.

Lorsque toutes ces tâches de gestion des ressources humaines et de l’administratif sont confiées à l’expertise d’une entité aussi efficace qu’une PEO Internationale, la société cliente a le temps de se concentrer sur les objectifs les plus importants de l’entreprise.

Pour apprécier à sa juste valeur ce qu’une PEO peut faire pour une entreprise en Chine, il faut d’abord prendre la mesure de la complexité et de la lourdeur des procédures liées à l’embauche de salariés étrangers dans le pays.

Ce qui suit est un guide complet sur l’emploi des salariés étrangers en Chine.

Catégories de salariés étrangers en Chine

Les candidats étrangers au recrutement par des entreprises en Chine sont classés en trois catégories :

  • Étrangers ayant acquis une expérience professionnelle en Chine et vivant en Chine
  • Étrangers ayant acquis une expérience professionnelle en Chine mais ayant quitté la Chine
  • Candidats étrangers ayant une expérience de travail internationale mais sans expérience de travail en Chine.

Les étrangers qui ont acquis une expérience professionnelle en Chine et vivent dans le pays sont généralement l’option la plus appropriée pour une entreprise. Un tel arrangement présente divers avantages, notamment une obtention plus simple des visas et un meilleur rapport coût-efficacité en termes de relocalisation. En outre, ce type de candidat étranger n’a pas besoin de s’adapter à la culture et à l’environnement chinois.

Les étrangers qui ont acquis une expérience professionnelle en Chine mais qui ont quitté le pays sont plus difficiles à embaucher car le processus d’entretien est plus long et le coût de la relocalisation du bon candidat doit être pris en charge par l’entreprise. En outre, il peut être difficile pour les candidats de convaincre leur famille de les suivre en Chine. Avant de procéder au recrutement d’un candidat étranger résidant hors de Chine, il est donc essentiel que la société s’assure d’abord que le déménagement de la famille du candidat ne posera pas de problème.

Les candidats étrangers qui ont une expérience professionnelle internationale mais sans expérience professionnelle en Chine seront confrontés aux mêmes défis que ceux de la deuxième catégorie, auxquels s’ajoute celui de l’adaptation à un nouveau pays et à sa culture.

C’est la société en Chine, en fonction de ses attentes et de ses besoins, qui peut le mieux déterminer quelle catégorie conviendra.

L’embauche de salariés étrangers présente de nombreux avantages. La diversité qu’elle apporte enrichit la culture de l’entreprise, augmente le nombre de ses relations dans le monde et la fait bénéficier d’un style de gestion différent. Et surtout, elle peut lui apporter une expertise et des compétences spéciales qui ne sont pas disponibles en Chine.

En outre, le salarié étranger en Chine capable de parler de la société et de ses produits/services de manière positive peut jouer le rôle d’ambassadeur de la marque. Les salariés étrangers peuvent également aider les entreprises à se développer à l’étranger.

Les défis auxquels sont confrontés les salariés étrangers en Chine

Les étrangers qui viennent travailler à temps plein en Chine pour la première fois doivent relever de nombreux défis :

  • Barrière linguistique – En fonction du lieu de travail, de l’industrie et du secteur, l’employé étranger sera confronté à des problèmes liés à la barrière linguistique.
  • Choc Culturel – La culture chinoise est profondément ancrée dans ses traditions et ses croyances. Il est donc nécessaire pour les salariés étrangers de s’adapter et d’apprendre avec humilité pour éviter les conflits et les problèmes de communication.
  • Façon dont les Chinois font des affaires – Les Chinois diffèrent des autres nationalités dans leur façon de faire des affaires et ne se conforment pas nécessairement aux normes internationales. Il est donc important que les employés étrangers s’adaptent au style chinois pour pouvoir s’immerger avec succès dans la culture de l’entreprise. Par exemple, pour beaucoup de Chinois, un « Oui » ou un « Non » ne peut pas être pris pour argent comptant. Pour eux, cela signifie souvent : «Je veux négocier».

Les employés étrangers potentiels, tout comme les candidats chinois locaux,  peuvent trouver des opportunités d’emploi grâce aux agences de recrutement, aux offres sur Internet ou sur les babillards d’emplois, au cours des événements carrière ou des salons de l’emploi et bien évidemment grâce à leur réseaux personnels.

Package salarial pour les salariés étrangers

Le package salarial d’un employé étranger en Chine pour les postes de cadres moyens à ceux de dirigeants comprend habituellement : un salaire de base, une prime (fixe et/ou variable), une assurance sociale, une assurance internationale supplémentaire (pour toute la famille en Chine), une allocation logement (loyer), les frais de scolarité pour les enfants en Chine, des vols aller-retour (une à deux fois par an), les dépenses professionnelles, les indemnités de transport, une allocation de réinstallation (si le candidat est établi en Chine) et, dans certaines entreprises, des stock-options.

Le package salarial d’un employé étranger et celui d’un candidat chinois local diffèrent, notamment en ce qui concerne les charges sociales, les frais de scolarité internationale des enfants, l’assurance internationale, les indemnités de logement (loyer) et les vols aller-retour au pays. La société prend également en charge l’obtention des visas et toutes les dépenses liées au statut légal des étrangers.

Il convient également de noter que la réglementation en matière d’emploi des étrangers en Chine entraine beaucoup de travail, y compris pour la rédaction des contrats de travail. Le contrat de travail avec un étranger est particulièrement épineux. Il doit être rédigé de manière professionnelle et se conformer strictement à toutes les lois applicables. Ces lois recèlent de nombreux écueils juridiques et diffèrent considérablement des lois appliquées aux salariés locaux.

Les accords de compensation des expatriés avec leur société mère hors de Chine ne seront presque jamais considérés comme des contrats de travail conformes au du droit du travail chinois. Toutefois, les salariés étrangers en Chine ont généralement droit aux mêmes avantages et à la même protection que les salariés chinois, notamment en ce qui concerne les vacances, le temps de repos et la rémunération des heures supplémentaires.

Critères fondamentaux d’admissibilité

Pour avoir le droit de travailler légalement dans une entreprise en Chine, le candidat potentiel doit d’abord satisfaire aux exigences de base suivantes , stipulées par l’article 7 (1) à (5) des Règles de 1996 sur l’emploi des étrangers en Chine :

  1. Être âgé de 18 ans ou plus et en bonne santé
  2. Posséder les compétences et l’expérience professionnelle requises pour l’emploi envisagé
  3. Avoir un casier judiciaire vierge
  4. Avoir un employeur clairement défini
  5. Détenir un passeport valide ou d’autres documents de voyage internationaux en lieu de passeport.

Ces formalités ne s’appliquent pas lorsque l’étranger est embauché par des entités telles que les organisations internationales, les consulats, les ambassades ou les Nations Unies. Dans tous les autres cas, le candidat étranger devra passer par divers niveaux de la bureaucratie de l’État chinois et soumettre une énorme quantité de documents.

Procédure en 5 étapes pour embaucher des étrangers en Chine avant la réforme de 2017

Le système de recrutement d’étrangers en Chine est en effet assez complexe, notamment en ce qui concerne les exigences pour l’obtention des visas et des permis de travail.

Les démarches sont en outre grandement compliquées par le fait que les procédures et les politiques connaissent des changements constants. Des modifications sont apportées plusieurs fois par an. Et en 2017, de nouveaux programmes de réforme ont été mis en œuvre.

Documents for hiring foreigners in China

Avant ces réformes de 2017, le système d’obtention de permis de travail pour le recrutement d’étrangers en Chine était géré par le Ministère du Travail, rebaptisé plus tard Ministère des Ressources Humaines et de la Sécurité Sociale du gouvernement de la République populaire de Chine (HRSS), et par ses bureaux locaux.

Dans ce cadre, l’entité commerciale en Chine, y compris les WFOE et les JV, doit pour embaucher des étrangers suivre une procédure en cinq étapes :

  1. L’employeur éventuel doit demander un permis de recours au travail étranger.
  2. Une fois le permis de l’employeur obtenu, une copie doit en être fournie au candidat étranger, accompagnée une lettre de notification d’éligibilité au visa.
  3. L’étranger doit présenter une demande de visa de travail dans un consulat chinois.
  4. Après l’entrée de l’étranger en Chine avec le visa approprié, son employeur doit faire une demande de permis de travail en son nom.
  5. Avec le visa et le permis de travail en main, l’étranger doit faire une demande de permis de séjour au Bureau de la Sécurité Publique, la police chinoise.

Bien que ces cinq étapes semblent claires et relativement simples, les démarches nécessaires pour les accomplir sont assez complexes.

Premièrement, le poste pour lequel l’embauche d’un étranger est envisagée doit relever d’un besoin particulier qui ne peut pas être satisfait par la main-d’œuvre locale.

Avant que l’employeur puisse procéder à la première étape de la procédure en cinq étapes, le candidat étranger doit d’abord s’adresser à l’autorité du commerce concernée et soumettre les éléments suivants:

  • Formulaire de demande pour l’emploi d’étrangers complété
  • Curriculum Vitae
  • Certificat sanitaire
  • Diplômes
  • Lettre d’intention d’emploi
  • Rapport contenant le motif de l’emploi
  • Tout autre document pouvant être requis par l’organisme habilité ou par la loi.

À l’issue de cette procédure, après examen et approbation par l’autorité du commerce, l’ensemble de la démarche doit être répétée, cette fois par l’employeur auprès de l’administration du travail du lieu où l’étranger est censé travailler.

Une fois approuvés, les documents seront envoyés au Bureau des Certificats, où les commentaires de l’administration du travail et des autorités commerciales seront évalués. Si l’approbation est confirmée, le Bureau de Certificats délivrera le permis de travail.

S’il est financé par des fonds étrangers et a donc l’autorisation a priori de recruter des étrangers ou en l’absence d’autorités commerciales locales, l’employeur peut soumettre les demandes et les documents mentionnés directement à l’Administration du Travail.

Une fois que l’étranger est entré en Chine, il dispose d’un délai de 15 jours pour se rendre au Bureau des Certificats avec son employeur pour demander un permis de travail/d’emploi.

Pour ce faire, les étapes suivantes doivent être accomplies :

  • Soumission d’un formulaire d’enregistrement de l’emploi d’étrangers complété
  • le permis de travail
  • un contrat de travail d’une durée maximale de cinq ans
  • le passeport de l’étranger.

Une fois le permis de travail/d’emploi délivré, l’étranger est autorisé à travailler pour l’employeur, mais uniquement dans le lieu spécifié dans le permis. Ce permis de travail permet également à l’étranger de présenter une demande de permis de séjour.

Un contrôle annuel du permis de travail de l’employé étranger sera effectué avant une date limite fixée par l’organisme autorisé. Si ce délai expire sans que le contrôle approprié ait été effectué, le permis de travail sera immédiatement révoqué et l’employé étranger ne pourra plus travailler en Chine.

En outre, si l’étranger enfreint une loi chinoise entraînant la révocation de son permis de séjour ou si le contrat de travail est résilié, son permis de travail sera également immédiatement révoqué.

Employé local vs employé étranger

Un étranger légalement employé en Chine possède les mêmes droits et privilèges qu’un employé chinois (né en Chine). Cela inclut :

  • recevoir au moins le salaire minimum requis
  • normes de travail hygiéniques
  • durée du travail légale
  • prestations de vacances et de repos
  • autres privilèges prévus par la loi.

Cependant, contrairement à leurs homologues chinois, les salariés étrangers ne sont pas autorisés à chercher du travail n’importe où en Chine.

Ils sont autorisés à travailler uniquement dans la zone indiquée dans leur permis, la même que celle de leur employeur. Un changement de lieu de travail entraînera la révocation de leur permis de travail. S’il devient nécessaire de travailler dans une autre région, l’étranger et son employeur devront refaire la même démarche que précédemment.

Trois changements importants en 2017

Des changements drastiques liés à l’embauche d’étrangers en Chine sont intervenus le 1er avril 2017. Parmi ces changements, trois réformes notables ont été imposées :

  • L’organisme autorisé chargé du recrutement des étrangers, y compris la délivrance des autorisations et leur approbation, est transféré de l’Administration du Travail et de ses bureaux à la SAFEA et à ses succursales dans tout le pays.
  • Unification à l’échelle nationale du système de permis de travail, désormais appelé Système de Permis pour les Étrangers travaillant en Chine ; il était auparavant divisé en deux procédures administratives de demande et d’approbation distinctes, l’une pour les Certificats d’Experts Étrangers (visas R) et l’autre pour les Permis de Travail pour Étrangers (visas Z).
  • Mise en œuvre d’une catégorisation des salariés étrangers en trois classes : A, B et C. Chaque classe est administrée séparément, avec ses propres normes, règles et procédures.

Le nouveau Système de Permis de Travail Unifié

Visa Requirements China

Ce programme de réforme est entré en vigueur dans toute la Chine à compter du 1er avril 2017. Ce nouveau système utilise un système de classification à trois niveaux, basé sur des points, pour évaluer la qualification du candidat étranger qui demande un visa de travail en Chine.

La procédure permet une meilleure transparence dans l’évaluation des demandes, exige moins de paperasserie et la période de traitement est plus courte.

Cependant, si ce nouveau système unifié vise à rendre le processus de recrutement des étrangers plus clair, plus simple et moins fastidieux, le système de candidature reste complexe.

Avant la réforme de 2017, deux instances gouvernementales étaient chargées du traitement des demandes de visas de travail étranger, le HRSS et la SAFEA. Le premier administre les demandes de visas Z, le permis d’emploi d’étrangers et le permis de travail, tandis que la seconde traite les demandes de visa R et administre le Certificat d’Expert Étranger et la Licence d’Expert Étranger.

Avec le système unifié de 2017, seule la SAFEA est autorisée à traiter les demandes de visa de travail étranger aussi bien pour les demandeurs de visa Z que de visa R.

En outre, une unique lettre de notification de permis de travail d’un étranger remplace à la fois la licence d’expert étranger et le permis de travail, tandis que la carte d’identification de travailleur étranger autorisé remplace à la fois le certificat d’expert étranger et le permis de travail étranger.

Un numéro sera attribué à cette carte d’identification unifiée. Il sera conservé sans modification même en cas de changement d’employeur ou de renouvellement du permis. C’est un numéro unique qui sera utilisé à vie par le même étranger.

Trois classes d’employés étrangers en Chine

China Work Permit Application

Un autre changement profond dans le système de demande de permis de travail est l’introduction de trois catégories dans lesquelles les demandeurs sont classés. La raison de cette mesure est triple :

  • encourager le recrutement des talents de pointe
  • contrôler celui des salariés étrangers aux qualifications ordinaires
  • limiter le nombre des salariés étrangers peu qualifiés.

Ces trois catégories sont les suivantes :

  • Classe A – Talents étrangers d’élite
  • Classe B – Talents professionnels étrangers
  • Classe C – Étrangers divers

Pour classer les étrangers, le nouveau système de permis de travail utilise deux méthodes : la «méthode de conformité standard» et la «méthode intégrale».

La mise en œuvre de ces méthodes de classification démontre que la Chine souhaite imposer des «restrictions quantitatives» aux étrangers travaillant dans le pays. Le nouveau système ne pose pas de limite au nombre de demandeurs de catégorie A, en revanche il limite celui des demandeurs de catégorie B en fonction de la demande du marché et impose un contrôle strict aux demandeurs de catégorie C.

Pour le classement des candidats étrangers selon la «méthode de conformité standard», les critères de chaque classe sont définis en prenant en compte la protection de l’emploi local et l’optimisation de la structure de la force de travail. La classification par la «méthode intégrale» utilise quant à elle le calcul du score de qualité personnelle intégrale du demandeur.

Classification des candidats étrangers – Méthode de conformité standard

En vertu de la «méthode de conformité standard», un demandeur étranger est réputé appartenir à la classe A s’il remplit l’une des conditions suivantes :

  • Récipiendaire de récompenses internationales reconnues
  • Sélectionné par le plan d’importation de talents de la Chine
  • Prendra un travail rare encouragé par la Chine
  • Sélectionné dans le cadre du projet Youth-Talent
  • A démontré des talents entrepreneuriaux et d’innovation.

Les étrangers de classe A sont ceux qui étaient qualifiés d’experts étrangers avant la réforme de 2017. Appartiennent également à cette catégorie les membres d’Académies techniques ou scientifiques, les lauréats du prix Nobel, les investisseurs en Chine, les cadres supérieurs des entreprises du Fortune 500 et les titulaires d’un diplôme postdoctoral. Ils doivent être âgés de 40 ans au plus.

Ces étrangers peuvent obtenir des visas et des permis de travail plus facilement que ceux appartenant aux autres classes.

Les étrangers seront classés dans la catégorie B s’ils remplissent l’une des conditions suivantes :

  • Titulaire d’une Licence ou plus, possède au moins deux années complètes d’expérience de travail et répond aux critères de travail
  • Titulaire d’un Master obtenu dans une université de Chine continentale
  • Titulaire d’un Master obtenu dans l’une des 100 meilleures universités du monde de la liste de l’Université Jiao Tong de Shanghai
  • Pour les candidats étrangers qui occuperont un poste d’enseignant d’anglais, les titulaires d’une Licence ou plus ayant au moins deux années complètes d’expérience dans l’enseignement, la langue à enseigner étant la langue maternelle du candidat.

Les candidats étrangers de classe B sont ceux qui étaient désignés comme «employés étrangers de niveau non expert» avant la réforme de 2017. Ce sont des étrangers qui perçoivent des salaires équivalant au moins à 4 fois les normes nationales relatives aux salaires sociaux moyens de l’année précédente.

Enfin, les candidats étrangers employés en Chine seront classés dans la classe C s’ils remplissent les conditions suivantes :

  • Ceux qui vont travailler en Chine ou y effectuer un stage dans le cadre d’un accord gouvernemental
  • Aides domestiques qui seront embauchés par des personnes de classe A
  • Ceux qui entrent en Chine pour un emploi saisonnier.

Les étrangers de classe C ou divers sont ceux qui en général travaillent temporairement en Chine, pour des périodes de 90 jours au maximum. La catégorie C comprend également les étudiants étrangers, les stagiaires et les diplômés.

Classification du demandeur étranger – Méthode intégrale

Le gouvernement chinois classe également les candidats étrangers par le biais de la «méthode intégrale».

Il s’agit d’un système de classification à trois niveaux basé sur des points. Dans ce système, à chaque catégorie correspond un nombre de points : supérieur à 85 points pour la classe A, 60 à 85 points pour la classe B et moins de 60 points pour la classe C.

La figure 2 illustre cette classification.

Foreign Workers Classification China

La SAFEA est chargée d’attribuer la note appropriée à chaque candidat étranger sur la base de dix facteurs, dont l’âge, la formation, l’expérience professionnelle, le niveau de salaire, la maîtrise de la langue chinoise, le lieu de travail et la durée de travail de l’étranger en Chine, etc.

La figure 3 présente le tableau du système de notation par points des demandeurs de permis de travail.

Foreign Workers in China Point System

Étant donnés ces critères, il est clair que l’expatriés typique recherché par les JV et les WFOE sera classé dans la catégorie B.

Et compte tenu des qualifications et des salaires habituels des salariés étrangers, ceux-ci satisferont probablement aux normes fixées par le gouvernement chinois concernant le niveau de formation, le niveau de rémunération requis et l’expérience de travail.

Processus actuel de candidature devant la SAFEA

Les cinq étapes fondamentales pour engager un étranger en Chine sont toujours valables, mais avec quelques modifications depuis la réforme du 1er avril 2017. Aujourd’hui, l’employeur peut s’adresser à la SAFEA soit en ligne sur son site Web, soit en personne, dans ses branches locales.

Pour une demande électronique, les étapes suivantes doivent être suivies :

  1. Le candidat étranger et l’employeur doivent tous deux déposer électroniquement leur demande d’autorisation de travailler en Chine via le site Web de la SAFEA.
  2. Un examen préliminaire des documents soumis en ligne est effectué par la SAFEA.
  3. Si elle est satisfaite après cet examen préliminaire, la SAFEA demandera au candidat une copie papier des documents soumis en ligne pour pouvoir procéder à un examen de confirmation. Sinon, la SAFEA ne notifiera plus le candidat.
  4. Une fois que l’examen de confirmation est terminé et que la SAFEA est satisfaite, les données du demandeur seront transmises au service de police, le Bureau de la Sécurité Publique. Les informations sur les demandeurs de visas R ou Z seront transmises aux bureaux de placement locaux.
  5. Le candidat doit ensuite demander en ligne un permis de travail, avec les copies papier des documents soumis au bureau de la SAFEA.
  6. Après examen par les organismes gouvernementaux autorisés respectifs et s’ils sont satisfaits, le permis de travail est approuvé et le demandeur est informé. Il doit se rendre au bureau de la SAFEA pour obtenir le Certificat de Permis de travail.
  7. Enfin, le demandeur peut obtenir le Permis de séjour auprès du service de police après avoir présenté le Permis de travail.

Ce processus à lui seul s’avère compliqué en dépit des mesures prises par le gouvernement pour faciliter le recrutement d’étrangers en Chine.

Défis de la procédure d’embauche d’étrangers en Chine

Idéalement, cette démarche de demande doit être accomplie en un à deux mois. Cependant, cela ne fait qu’effleurer la surface du processus et n’est que le début de procédures plus compliquées pour finaliser l’embauche d’un étranger.

Par exemple, la rédaction du contrat de travail avec un étranger est un véritable défi. Il doit être rédigé de manière professionnelle, dans le strict respect de toutes les lois applicables. Ces lois dissimulent de nombreux écueils juridiques et diffèrent considérablement des lois appliquées aux salariés locaux.

Outre les considérations, conditions, complications et exigences liées à l’embauche d’un étranger en Chine mentionnées précédemment, de nombreux autres points juridiques et règlementaires doivent être pris en compte, notamment :

  • respect des manuels applicables aux employés étrangers
  • règlement sur les heures supplémentaires
  • règles relatives aux congés annuels et aux congés de maladie
  • licenciement pour les étrangers
  • gestion de la sécurité sociale
  • règles d’imposition
  • indemnités de départ

Compte tenu de la complexité des démarches, des procédures et des lois relatives à l’embauche d’un étranger en Chine, il est nécessaire de faire appel aux services d’un professionnel pour garantir la conformité légale, atténuer les risques, réduire les responsabilités et éviter les problèmes juridiques.

C’est là que l’apport de New Horizons Global Partners est d’une grande valeur.

Ce qui incite les étrangers à travailler en Chine – Arguments de vente

Malgré les défis, les étrangers sont attirés par le travail en Chine pour de nombreuses raisons :

  • La principale est l’expérience internationale et les opportunités dont ils bénéficieront en travaillant en dehors de leurs pays d’origine, en particulier pour les étrangers ne résidant pas en Chine.
  • Des packages d’expatriés attrayants. Les salaires versés aux salariés étrangers en Chine sont généralement plus élevés que ce qu’ils peuvent obtenir dans leur pays d’origine, ce qui en fait un bon argument de motivation pour convaincre les professionnels étrangers de s’installer en Chine.
  • Poste de plus grande envergure que l’emploi actuel de l’employé étranger. Les candidats étrangers sont généralement attirés par des emplois qui leur offrent de nouveaux défis, dans lesquels ils peuvent développer de nouvelles compétences, rencontrer de nouvelles personnes, explorer un nouveau marché, saisir de nouvelles opportunités de développement personnel, etc.
  • Développement de carrière.
  • Un secteur/marché intéressant, en particulier avec le boom de l’industrie chinoise des nouvelles technologies dans des secteurs tels que la Fintech, les technologies de l’information, la biotechnologie, les dispositifs médicaux, etc.
  • Possibilité de développement professionnel et personnel, en particulier dans les entreprises en Chine offrant une bonne formation professionnelle.

La localisation de la société est également un facteur très important si l’employé étranger que la société en Chine souhaite embaucher habite déjà dans le pays. Il peut être difficile de convaincre les résidents étrangers en Chine de déménager dans des zones rurales ou isolées s’ils viennent de confortables villes chinoises de rang 1.

D’autre part, il est plus facile de recruter des étrangers résidant hors de Chine, car ils sont habituellement enthousiastes à l’idée d’acquérir une expérience internationale et d’obtenir un package d’expatrié. La localisation de la société en Chine ne sera pas leur principale préoccupation.

Nouer un partenariat avec la bonne PEO Internationale

New Horizons Global Partners (NHGlobalPartners) offre une solution complète à tous les problèmes présentés par l’embauche d’un étranger en Chine.

NHGlobalPartners est une Professional Employment Organization (PEO) Internationale fortement présente en Chine, en Allemagne, en France et en Italie. Elle fournit les services de gestion des ressources humaines, du recrutement et de l’administratif que toute entreprise opérant en Chine requiert. Permettez-nous de vous aider dans toutes les tâches de recrutement et de gestion des ressources humaines. Nous vous garantissons une solution personnalisée parfaitement adaptée à vos besoins.

Articles Similaires

None found

Recevoir une proposition

Related Posts